Signature d’une convention de partenariat avec le Lycée Georges Pompidou et la ville de Castelnau Le-Lez

Cyril Klein, Frédéric Lafforgue, Pierre-Louis Ganne

TSV poursuit son travail de territoire et s’implique désormais dans la sensibilisation des jeunes aux techniques du spectacle vivant mises au service de la création artistique, ainsi qu’aux pratiques de ses métiers, afin de leur donner une ouverture sur une voie professionnelle.

Après le partenariat entamé en début d’année avec le collège du Crès et le travail réalisé avec des élèves de 3ème autour du cirque avec l’école Zepetra qui a débouché sur une représentation publique au Kiasma le 11 avril dernier, nous commençons un travail de sensibilisation et d’ateliers autour notamment de la lumière avec la classe de seconde suivant l’option théâtre créée cette année par le Lycée G.Pompidou de Castelnau-le-Lez.

Une réforme qui interroge

La réforme de la formation professionnelle soulève quelques interrogations quant à son bénéfice pour les salariés et les organismes de formation :

La complexification des formalités administratives, la diminution de certains montants affectés à la formation (monétisation du CPF), la construction d’un « … supermarché numérique de la formation… » (Laurent Durain, Caisse des dépôts et consignations), la notation en ligne des organismes de formation qui réduit à quelques étoiles l’ensemble de la mise en œuvre d’une action de formation…

Voici ce que l’on peut lire sur le site de la Fédération de la Formation Professionnelle :

“Pour se différencier les entreprises de formation seront amenées à mieux se vendre, à accroître leur visibilité et à avoir une posture proactive de conquête. A titre d’exemple, elles devront adopter les codes du marketing B2C (marketing digital,etc.) auxquels peu sont habitués pour conquérir le nouveau marché du CPF.“

La formation professionnelle ne serait-elle pas en train de devenir un simple objet de consommation courante ?